Les algues indésirables en aquarium récifal

Les algues (supérieures) sont nécessaires au bon équilibre dans un aquarium marin, mais la propagation d’algues filamenteuses comme la Bryopsis et la Derbesia fait partie du fléau des aquariophiles. Lorsque ces algues filamenteuses deviennent incontrôlables dans un aquarium récifal, outre l’aspect disgracieux, elles menacent l’existence de la population corallienne, surtout les coraux hermatypiques particulièrement délicats.

Au démarrage de l’aquarium

Les algues représentent un véritable refuge pour les animaux microscopiques ainsi que la macrofaune de l’aquarium.

Dans un aquarium récifal, elles sont généralement cultivées dans une cuve annexe « le refuge » connecté au bac principal afin de protéger cette macrofaune. Une autre avantage non négligeable, elles permettent de filtrer les métaux lourds et absorbent les Po4 et No3 de l’aquarium et favorise l’équilibre du biotope.

Pendant le cyclage de l’aquarium nouvellement installé, les algues de type diatomée (algues brunes) apparaissent généralement en premier avec les dinoflagellés, puis les cyanobactéries et enfin les algues filamenteuses (Derbesia, Briopsis, etc..).

Une fois que le silicium (silicates), les composés organiques dissous, les nitrates/phosphates, les oligo-éléments, les macroéléments (phosphore, azote, potassium) ont été absorbés, les algues calcaires rouges apparaissent.

Cependant après la phase de démarrage, des algues indésirables peuvent persister ou apparaitre.

Leur croissance est généralement associée à de fortes concentrations de nutriments (nitrates et/ou phosphates) ou d’oligo-éléments

Algues à bulles

Si les algues à bulles (Valonia ou Ventricaria) se multiplient à un rythme excessif, elles peuvent constituer une menace pour les aquariums récifaux et nuire aux coraux.

Algue Valonia ventricosa dans un aquarium recifal

Les poissons chirurgiens ne touchent pas à cette algue (un peu trop grosse et dure pour les dents) et si la prolifération n’est pas maitrisée, la valonia deviendra une menace pour les coraux.

IMAGE : Valonia ventricosa dans aquarium recifal

L’ablation manuelle est la meilleure technique pour l’éradiquer, mais attention ne surtout pas la percer au risque de répandre des spores dans tout l’aquarium.

  • Idéalement utiliser une grosse seringue pour l’aspirer ou si c’est possible, enlever la pierre de l’aquarium et brosser à l’eau chaude.
  • Autre solution, tirez avec une pince pour bien l’agripper sans le perforer.
  • Enfin vous pouvez également introduire un crabe très puissant (mithrax sculptus) mais souvent difficile à trouver dans le commerce avec le risque potentiel d’attaquer les coraux.

Algues filamenteuses

Les deux algues indésirables que nous rencontrons le plus souvent dans nos aquariums sont la bryopsis ( en forme de plumes) et la Derbesia.

L’ague bryopsis

Officiellement classée comme organisme photosynthétique de la famille des Bryophycées, la Bryopsis est souvent confondue avec d’autres algues poilues vertes. La différence la plus évidente est sa taille ( les algues Bryopsis sont plus hautes horizontalement et verticalement )

algue bryopsis dans aquarium recifal

L’algue bryopsis ressemble à des cheveux attachées à de la roche vivante ou du corail. Vue de près elle a une forme facilement reconnaissable, similaire à la structure d’une plume.

IMAGE : Bryopsis dans aquarium recifal

Elles pénètrent profondément dans la surface d’une roche ou d’un corail, créant un revêtement complexe qui ressemble à un tapis japonais dense. Cela confère à la Bryopsis une forte adhérence à la surface à laquelle elle est attachée.

Comment arrivent-elles ?

  • Les pierres vivantes

Même les aquariophiles les plus prudents peuvent introduire accidentellement des Bryopsis avec des pierres vivantes dans leur aquarium. Les algues peuvent s’accrocher aux surfaces de roches vivantes et envahir l’aquarium à l’insu de l’amateur. Il n’y a pas ce problème lors de l’utilisation de roche morte ou en céramique.

  • Bouture d’un corail

Lors de l’ajout d’une nouvelle bouture dans votre aquarium, il se peut que le plot soit contaminé. Vérifier bien qu’il ne réside aucune trace d’algue et traiter la bouture avec un déparasiteur ( Nous préconsions l’utilsation à l’huile essentielle )

En tant qu’organismes asexués, les algues Bryopsis se reproduisent par fragmentation. Cela signifie essentiellement que la colonie entière se reproduit en libérant les cellules dans l’eau. Le taux de croissance dépend de divers facteurs, cependant les proliférations d’algues qui se développent rapidement indiquent souvent des taux de phosphate et de nitrate élevés.

Comment éliminer les algues Bryopsis ?

Contrairement à de nombreux autres organismes végétaux envahissants, Bryopsis est clairement un aliment nuisible. Vous pouvez rajouter des oursins, escargots, bernard-l’ermite etc.. rien ne se passera, d’ou la difficulté à l’éradiquer.

  • Contrôler les paramètres de l’eau
  • Retirer les pierres infestées

Dans de nombreux cas, la méthode de retrait la plus efficace consiste à retirer les pierres infestées de l’aquarium. Retirez-les soigneusement, soyez très doux afin de ne pas répandre des spores dans l’aquarium. Grattez autant d’algues que possible sur la roche. Nous conseillons ensuite de la mettre dans de l’eau bouillante afin de détruire toute trace d’algue.

Cette méthode naturelle est interessante lorsque les pierres sont accessibles et que vous êtes au début d’une invasion.

  • Sulfate de magnésium heptahydraté

De toutes les méthodes utilisées pour éliminer les algues brunes des aquariums récifaux, le traitement au magnésium fonctionnent le mieux.

Non seulement il tue efficacement les algues, mais il ne nécessite pas d’enlever les roches ou de nuire potentiellement aux habitants de l’aquarium. Cette solution de sel de magnésium hydraté peut augmenter en toute sécurité la concentration de magnésium sans nuire à ses habitants. Ce produit équilibré en ions augmente rapidement et en toute sécurité les niveaux de magnésium dans l’eau pour obtenir les résultats souhaités.

  1. Ajoutez doucement chaque jour la solution dans votre aquarium. L’objectif est d’augmenter le taux de magnésium peu à peu sans jamais dépasser 25 ppm chaque jour.
  2. Contrôler tous les jours votre taux de magnésium afin d’atteindre 1 500 ppm.
  3. Lorsque le taux de 1500 ppm est obtenu, rester sur le même taux pendant 3 semaines minimum. Au bout des 3 semaines vous devriez observer la régression des algues.
  • Traitement au fluconazole

Le traitement au fluconazole est souvent préconisé par des internautes. Il s’agit d’un médicament qui est utilisé pour traiter les infections dues à des champignons. Il ne traite pas directement l’algue briopsis mais son champignon symbiotique. Cependant, jouer à l’apprenti chimiste aura des répercussion sur l’ensemble de l’aquarium avec beaucoup plus de problème que le traitement de la briopsis elle-même. Nous préconisons l’utilisation de méthode naturelle que l’utilisation de produit chimique.

L’algue Derbesia

Cette algue verte très commune est généralement considérée comme envahissante, comme sa cousine bryophyte.

Algue Derbesia au microscope prélevé depuis un aquarium recifal

Elle forme un amas de filaments, comparable à des cheveux et survient le plus souvent lors de la phase de démarrage.

Les sédiments s’accumulent facilement dans la masse d’algues et fournissent les nutriments dont elle a besoin pour se développer au fur et à mesure qu’ils se décomposent.

IMAGE : Derbesia au microscope dans aquarium recifal

Les poissons mangeurs d’algues ( Chirurgiens ) n’aiment pas beaucoup cette algue, et il y a très peu de consommateurs dans l’ensemble d’ou la difficulté pour l’éradiquer.

Elle pousse dans toutes les conditions d’eau, mais sera propice dans une eau avec des paramètres avec des taux élevées de phosphate et de nitrate.

Pour lutter contre sa prolifération, il faudra tailler manuellement et diminuer les apports en nutriments.

Quelques solutions :

  • Tester les paramètres de l’eau : nitrates et phosphates.
  • S’assurer que le matériel (écrémage, brassage) est adapté au volume de la cuve
  • Vérifier le réglage du réacteur à calcaire ( Un mauvais réglage avec du CO2 relargué dans l’aquarium favorisera la pousse de la Derbesia )
  • Arrachez régulièrement les plus grosses algues à la main
  • Introduisez un groupe d’herbivores, comme des escargots et/ou des bernard-l’hermite qui surmontent les pousses.
  • Les oursins comme Mespilla globulus ou Tripneustes gratilla sont d’excellents partenaires contre les algues filamenteuses
  • Une solution complémentaire sera d’introduire d’autres algues concurrentes plus faciles à contrôler ( dans un refuge par exemple )
  • Dolabella auricularia, également connue sous le nom de « lièvre de mer », est souvent introduite pour éliminer les algues filamenteuses. Son maintien à long terme dépend de ce qu’il mange.
  • Des résultats ont été observé avec le salarias fasciatus qui mange les algues filamenteuses.

A savoir

Toutes les algues passent par un stade juvénile au cours duquel elles sont microscopiques. Durant cette période, les algues constituent ce qu’on appelle les épiphytes en écologie marine. Les épiphytes se développent avec l’aide d’autres supports. Rajouter du phytoplancton et de la microfaune permettra d’aider à limiter la propagation.

L’ajout de microfaune aidera à éradiquer dès le stade juvénile les algues indésirables.

Pour résumer

Les algues indésirables indiquent souvent une dérive des paramètres ou une mauvaise conception de l’installation. Il faut veiller à réaliser un aquarium avec un équipement adapté au volume et à la population souhaitée pour obtenir des faibles taux de nutriments.

L’utilisation d’une eau osmosée de qualité est essentielle pour éviter l’apport externe de nutriments.

Faire des changements d’eau apporte des éléments que les algues consomment. Donc limiter voir même suspendre les changements d’eau durant la période de traitement. De même il est recommandé de suspendre l’ajout de produits tels que les oligo-éléments ou les vitamines qui favorisent la prolifération des algues.

Faire attention au réglage du réacteur à calcaire. Le gaz carbonique contenu dans le réacteur est une source de développement des algues. Il faut s’assurer qu’il n’y a pas de dégagement de CO2 en réglant correctement le réacteur et éventuellement en ajoutant une colonne de dégazage.

L’ajout de phytoplancton est conseillé car il permettra de développer la microfaune existante de l’aquarium, microfaune qui aide à réduire la propagation des algues au stade juvénile.