Phytoplancton Synechococcus SP

Le phytoplancton marin Synechococcus SP

Le phytoplancton marin Synechococcus SP fait partie des Cyanophytes ( bactérioplancton photosynthétique)  présent dans le milieu marin.

Phytoplancton marin Synechococcus SPLes cyanobactéries unicellulaires majeures du groupe des synechococcus occupent une position importante à la base de la chaîne alimentaire marin. Ils sont obligatoirement marins ayant des exigences de croissance élevées et ont besoin de Magnesium mais aussi le Calcium pour se développer.

Ils ont la capacité d’acquérir des nutriments majeurs, des métaux traces aux concentrations submicromolaires et leurs appareils de collecte de lumière est particulièrement adapté à la qualité spectrale de la lumière de l’océan.

Le phytoplancton marin Synechococcus SP est ainsi omniprésents dans les océans et il contribue fortement à la chaine alimentaire marine et au cycle du carbone.

Le phytoplancton marin Synechococcus SP est une souche mobile qui peut être cultivée dans les milieux liquides naturels et artificiels de l’eau de mer.

Taille : picoplancton < 2 µm

Utilisation en aquarium recifal :

Il est particulièrement utilisé pour lutter contre la propagation des cyanobacteries tout en procurant de la nourriture pour la microfaune, macrofaune mais aussi mollusques bivalves, larves des crevettes, coraux type LPS et coraux moux. Focus sur les cyanobacteries :

Les cyanobactéries, ou cyanophycées, ou encore algues bleues (leurs anciens noms), sont des bactéries photosynthétiques, c’est-à-dire que comme les plantes elles tirent de l’énergie solaire pour synthétiser leurs molécules organiques.

Pour capter cette lumière, elles utilisent différents pigments : des phycocyanines (de couleur bleu-vert- rouge ). La plupart du temps nous retrouvons dans nos bacs récifaux des phycocyanines de couleur rouge – poupre.

Processus de reproduction :

Comme les plantes, leur photosynthèse produit du dioxygène (la molécule d’oxygène O2) d’ou l’apparition en fin de journée de bulles sur leur tapis ( Cf photo )

cyanobacterie recifalLes cyanobactéries prolifèrent par-conséquent avec de la lumière et de l’oxygène. Pour faire simple, elles n’ont besoin que de l’eau, du dioxyde de carbone, des nutriments et de la lumière pour faire la photosynthèse.

Outre l’aspect inesthétique, les cyanobactéries peuvent devenir très dangereuses pour la faune et la flore.

En effet lorsqu’elles se répandent, leurs tapis étouffes les pierres vivantes et/ou sable, voir même les coraux et elles libèrent des cyanotoxines, parfois mortelles pour les animaux et dangereuses pour l’Homme.

Cyanobactérie comment s’en débarrasser :

Lutter contre l’apparition des cyanobactéries est donc essentiel dans le maintien d’un bac recifal, cependant leur apparition est complexe et les avis divergent sur les causes ( Déséquilibre du rapport de Redfield entre les taux de no3, po4 qui pourrait causer leurs apparitions et qui partage les internautes ).

Par-contre la multiplications des remèdes chimiques montre bien la difficulté à lutter contre la régression de la cyanobacterie dans nos bacs recifaux.

Le problème avec les remèdes chimiques est l’impact non mesuré qu’ils peuvent avoir sur l’ensemble du bac. En effet même si certain peuvent traiter directement la cyanobacterie, ils traitent aussi l’ensemble du bac en causant un dérèglement le plus souvent non mesurable à l’instant même de l’ajout.

Une des solutions 100% naturelle pour combattre une invasion de cyanobactéries est de la concurrencer directement avec d’autres espèces de bactéries et/ou par l’ajout de phytoplancton marin Synechococcus SP qui fait partie des Cyanophytes et qui aura un effet positif sur la microfaune et macrofaune, ainsi que sur les coraux mous et LPS de votre aquarium recifal.

Bien entendu, la lutte est longue et nous vous conseillons de multiplier toutes les stratégies naturelles pour y venir à bout, comme par-exemple le siphonage quotidien préconisé en fin de journée de la cyanobacterie existante dans l’aquarium. Muni d’un tuyau avec au bout un filtre ( un microbag fera l’affaire ) vous siphonner la cyanobacterie apparente et  vous reversez l’eau propre dans le bac.

Dans le cas d’un traitement avec phytoplancton marin Synechococcus SP  :

Un apport quotidien du phytoplancton marin Synechococcus SP vous permettra d’éliminer les cynaobacteries de votre bac.

Dosage en cas de traitement : entre 40 ml / 100 litres quotidiennement jusqu’a disparition de la cyanobacterie.

Dosage en préventif : 4 ml / 100 litres tout les 2 jours

Préconisations :

Si votre bac recifal ne contient pas de filtreurs, pas de microfaune, ni d’écumeur ( méthode Jaubert ou DSB ), l’utilisation d’un filtre UV est recommandé pour contrôler sa propagation dans le cas d’un surdosage.

Même si cette souche est rare, vous pouvez vous en procurer sur le site pour une utilisation en culture ( dans votre réacteur à phytoplancton ) ou pour une distribution directement dans votre aquarium recifal :