Le phytoplancton marin dans l’aquarium récifal

Un pilier de la maintenance récifale oublié pendant longtemps

Le Plancton marin est non seulement présent dans tous les océans, mais il est aussi la base du réseau alimentaire des organismes vivants marin.

Lorsque nous reproduisons un bout de recif dans un milieu clos, il est intéressant de comprendre comment fonctionne le Plancton. Surtout si nous souhaitons nous rapprocher d’une maintenance similaire au milieu naturel pour notre aquarium recifal

L’origine du terme plancton vient du grec « Plankton » qui se traduit par « errer », il désigne l’ensemble des végétaux ( Phytoplancton )  et animaux ( Zooplancton ) qui sont microscopiques ou de petites tailles et qui ne peuvent pas se déplacer contre le courant .

Cet article à pour but de vulgariser l’origine et l’environnement du phytoplancton marin pour le reproduire dans un milieu clos, c’est à dire dans l’aquarium récifal.

Le Phytoplancton marin est la base de la chaîne alimentaire aquatique

pe de photosynthèse phytoplancton

Le phytoplancton désigne l’ensemble des algues microscopiques structurées d’algues unicellulaires .

Comme pour les plantes terrestres, le phytoplancton ou “plancton végétal” fabrique sa substance à partir du gaz carbonique (CO2) et des sels minéraux contenu dans l’eau de mer, phosphates, potassium, azote, silice…

Ces algues sont à la base de l’alimentation des animaux comme les bivalves filtreurs, les méduses, mais aussi le zooplancton incluant la microfaune.

Dans les océans nous retrouvons le phytoplancton principalement à la surface où il utilise la photosynthèse pour se développer.  Cette photosynthèse est rendue possible grâce à la chlorophylle contenue dans les cellules du phytoplancton.

Depuis longtemps, il était rarement évoqué les bienfaits du phytoplancton dans un aquarium recifal. Cependant depuis quelques années, beaucoup de recifaliste essayent d’avoir une maintenance proche du milieu naturel. A noter que dans l’environnement naturel, de nombreux animaux d’aquarium récifaux communs sont des phytoplanctivores filtreurs.

Citons parmi eux : les gorgones, pétoncles flamboyants, les éponges, les bénitiers et  autres bivalves filtreurs, les coraux moux, les coraux LPS, etc..

Lorsque l’aquariophile nettoie les vitres de son aquarium recifal, vitres sur lesquelles une fine pellicule de phytoplancton est ainsi formée, cet ajout ce fait naturellement sans qu’il ne s’en rende compte, mais bien souvent pas suffisamment au risque d’une malnutrition voir même qu’ils meurent de faim.

Dans un aquarium récifal peuplé de coraux et de microfaune , l’ajout de phytoplancton permet de se rapprocher de l’éco-système que nous retrouvons sur les récifs et favorise ainsi l’équilibre du bac.

Les différentes espèces de phytoplancton marin

Plus généralement, le phytoplancton est constitué de milliers d’espèces qui se répartissent en plusieurs groupes :

Les chrysophycées et les chlorophycées

phytoplancton marin au microscope

– Les chrysophycées (T-Isochrysis) sont des algues unicellulaires jaunes à brunes, de forme allongée et de petite taille (2 à 3 microns). Grâce à leurs deux flagelles, les chrysophycées peuvent se déplacer, sans toutefois contrer les courants.

Elles sont particulièrement intéressantes pour leurs qualités nutritives. Dans le milieu naturel, elles servent d’alimentation aux organismes marins à leur stade larvaire, comme les bivalves (moules, huîtres, coquillages), mais aussi aux zooplanctons.

– Les chlorophycées sont des microalgues vertes vivant isolées ou organisées en colonies. Ils vivent dans les eaux marines et douces des zones tempérées et chaudes.

Unicellulaires ou pluricellulaires, de forme ovoïde, elles mesurent de 1 à 10 microns. Elles peuvent comme les chrysophycées, posséder deux flagelles qui leur permettent de se maintenir en surface.

Les chlorophycées sont des algues généralement vertes car la chlorophylle y étant très abondante. Cependant, certaines espèces présentent quelques variantes allant jusqu’au rouge comme le phytoplancton dunaliella salina dans certain cas.

Le phytoplancton marin de la classe des chlorophycées est très riche en acide gras et source d’EPA. Son ajout dans un aquarium récifal permettra de nourrir les coraux et développer la microfaune.

Les algues bleues ou cyanobactéries

Cyanobacteries microscope

Les cyanobactéries ( ou cyanophycées ), ou nommé anciennement algues bleues, sont des bactéries photosynthétiques. Elles tirent parti de l’énergie solaire pour synthétiser leurs molécules organiques. Dans un aquarium recifal elles vont capter cette lumière pour se développer .

Les couleurs des cyanobacteries sont dû à leurs différents pigments : des phycocyanines (de couleur bleu-vert),  la chlorophylle ( Vert ) ou rouge ( phycoérythrines )

En aquarium recifal comme dans la nature, les cyanobactéries sont toujours présentes et peuvent devenir dangereuses si elles prolifèrent. Outre étouffer les pierres vivantes et les coraux, elles peuvent libérer des cyanotoxines, qui sont parfois mortelles pour les animaux.

Il existe des moyens naturels pour lutter contre la prolifération des cyanobacteries. Une solution est de jouer la concurrence alimentaire avec l’ajout de bactéries. Plus globalement, une bonne gestion des paramètres de l’aquarium permettra aussi de limiter sa prolifération ( la gestion de la lumière, de la qualité de l’eau, du brassage, des nutriments en limitant les changements d’eau .. )

Attention cependant aux produits “miracles” qui éliminent la cyanobacterie en quelques jours. Ces produits souvent chimiques ne détruirons pas seulement la cyanobacterie mais toute la diversité de votre microfaune. Cela aura des répercussions graves sur votre aquarium recifal à moyen terme.

Un moyen naturel : ajouter des algues pour lutter contre les algues

Les algues qui sont un fléau comme les cyanobacteries sont principalement des formes benthiques (c’est-à-dire celles qui se fixent sur le sable, roches vivantes coraux,  etc.. ) alors que les algues bénéfiques sont souvent des formes planctoniques (c’est-à-dire celles qui vivent librement dans la colonne d’eau).

Lorsque les algues planctoniques sont suffisamment abondantes, elles peuvent contrôler ou même totalement extirper les algues benthiques indésirables en les rivalisant agressivement. Ainsi les algues benthiques comme les cyanobacteries n’auront plus de nutriments pour se développer.

Le phytoplancton marin  Synechococcus SP fait partie de la famille des cyanophycées et est aussi planctonique. Il est l’allié idéal pour concurrencer les cyanobacteries tout en permettant de développer la microfaune de votre aquarium et nourrir vos vivants.

Les diatomées

Diatomées au microscope

Les Diatomées ou Bacillariophycées sont des algues microscopiques unicellulaires d’environ de 2 μm à 1 mm distinctes par une enveloppe siliceuse externe appelé le frustule.

– Les formes pélagiques ( qui vivent dans la colonne d’eau de l’aquarium ) appartiennent au phytoplancton. Ces diatomées sont photosynthétiques, c’est à dire qu’elles ont besoin de lumière pour se développer. ( A la différence des diatomées appartenant au microphytobenthos )

– Les formes benthiques ( au fond de l’aquarium ) appartiennent au microphytobenthos. C’est à dire aux organisme qui vivent aux fonds des océans.

Note : souvent les diatomées en aquarium recifal apparaissent sur le sable, et peuvent être confondues avec de la cyanobacterie.

L’origine est souvent liée à l’eau osmosée rajoutée pour compenser l’évaporation de l’aquarium recifal et/ou l’eau utilisée pour les changements d’eau contenant en excès des silicates. Le problème sera vite résolu avec l’utilisation d’une résine anti-silicates à la sortie de votre osmoseur.

Les coccolithes

coccolithes

Les coccolithes (du grec κοκκος « pépin », λίθος « pierre ») sont les plaques de carbonate de calcium de un à une dizaine de micromètres de diamètre en forme de pépin qui protègent les coccolithophoridés.

Les coccolithophoridés sont du phytoplancton pélagique que nous retrouvons au fond des océans. Nous le connaissons plus “vulgairement” dans la composition de la craie ( créé grâce à l’accumulation de leur squelette fossilisé )

Les dinoflagellés

dinoflagellés au microscope

Les dinoflagellés sont des microalgues unicellulaires de couleur rouge-orangé et de taille moyenne ou petite, entre 3 et 50 microns.

Leurs deux flagelles permettent d’effectuer de relatifs déplacements tournoyants (du grec « dino » : toupie) et des migrations verticales.  Comme toutes les microalgues, ils se reproduisent par division cellulaire : une cellule mère donne deux cellules filles toutes les 12 à 36 heures.

Les dinoflagellés occupent une place importante (après les diatomées) dans l’alimentation de base de la chaîne alimentaire marine qui va jusqu’aux gros poissons et aux grands mammifères marins.

Ces algues sont souvent responsables des marées vertes ou rouges, de la contamination des huitres et moules les rendants impropres à la consommation.

Note : Les dinoflagellés sont très difficiles à éliminer dans un aquarium recifal ( peuplé de coraux ), et pour cause les zooxanthelles de nos coraux sont aussi des dinoflagellées ! Heureusement il existe différentes formes, des formes tapissantes ( les plus dures à enlever )  et des formes planctoniques ( souvent facilement tuées par une lampe UV ) 

Le phytoplancton marin à utiliser dans un aquarium récifal

phytoplancton marin en récifal

De nombreux animaux d’aquarium récifaux communs sont des phytoplanctivores filtreurs.

Dans l’environnement naturel, ils en mangent souvent beaucoup ! Reproduire l’écosystème dans l’aquarium recifal avec l’ajout de phytoplancton permettra de les nourrir.

Parmi les habitants de nos aquariums, nous avons le zooplancton. La microfaune est le socle fondamental à l’équilibre de l’écosystème instauré dans nos micro-récifs.

L’article suivant vulgarise l’utilisation du zooplancton marin pour le recifal : Le zooplancton récifal

Enfin, selon la population en coraux et en microfaune, nous préconisons un ajout régulier de phytoplancton vivant. L’ajout sera réalisé de préférence le soir pour une meilleure assimilation par les coraux, qu’ils soient moux, LPS ou SPS…

A noter que les sabelles ont la durée de vie qui va dépendre de la nourriture planctonique.

Pour plus de détails de l’impact du phytoplancton sur les coraux SPS et les coraux LPS, voir les articles suivants :

Le phytoplancton marin pour les coraux SPS
Le phytoplancton marin pour les coraux LPS

Quel type de phytoplancton marin utiliser pour un aquarium recifal ?

Afin d’être efficace et non source de pollution avec des apports de No3 et Po4, nous préconisons d’utiliser du phytoplancton “vivant”.

Mélanger quelques souches ensemble avant l’ajout dans l’aquarium recifal permettra d’apporter un spectre plus large au niveau nutritionnel.

Voici un bref résumé des différents souches les plus utilisées :

  • Le phytoplancton marin Nannochloropsis oculata ( classe des chlorophycées ) et très riche en acide gras et source d’EPA
  • Le phytoplancton marin Nannochloropsis Salina ( classe des chlorophycées ) est très riche en EPA, un acide gras polyinsaturé de type oméga-3. Il est préconisée dans l’élevage de larves de poisson et des rotifères
  • Le  phytoplancton marin Dunaliella Salina ( classe des chlorophycées ) est très riche en caroténoïdes, vitamines A et E et est préconisée dans l’élevage les nauplies d’artemias salina
  • Le phytoplancton marin Tetraselmis suecica ( classe des chlorophycées ) est riche en Oméga 3, EPA et DHA . Il permettra de favoriser la croissance des coraux
  • Le phytoplancton marin Synechococcus SP ( classe des cyanobactéries ) est une méthode naturelle pour concurrencer les cyanobactéries qui envahissent les aquariums recifaux.
  • Le phytoplancton marin Isochrysis galbana ( classe des chrysophycées ) est aussi très riche en DHA, un acide gras oméga-3 polyinsaturé à longue chaîne.

Où se procurer des souches de phytoplancton marin ?

Vous pouvez trouver en vente du phytoplancton dans les magasins spécialisés, mais attention à bien regarder en détail la composition.

  • Le phytoplancton “en poudre” est du phytoplancton déshydraté.

Dans ce type de produit, le phytoplancton est “mort”. Certains composés vitaux facilement dégradables, (lipides, enzymes, etc.) sont en décomposition. Le phytoplancton mort sera source d’apport de No3 et Po4 à votre aquarium recifal et très peu nutritif. Enfin les produits morts contribueront de manière significative à la perte de qualité de votre eau.

  • Le phytoplancton en liquide.

Il faudra vérifier si il contient du phytoplancton vivant pour ne pas reproduire les problèmes liés au phytoplancton mort.

Voici quelques questions à se poser afin de vérifier la qualité du produit pour votre aquarium recifal : 

Quels sont les suppléments utilisés pour la conservation du phytoplancton ?  le pourcentage ? Si il s’agit d’un mélange de plusieurs types de phytoplancton les détails sur les mélanges. La durée de conservation.

Les produits contenant du phytoplancton vivant sont indéniablement supérieurs à ceux qui sont morts, mis en bouteille et réfrigérés.

Vous pouvez aussi trouver du phytoplancton vivant en vente chez les particuliers, généralement provenant d’une culture “maison”.

Dans ce cas, nous vous conseillons de bien connaitre la personne qui cultive le phytoplancton afin de comprendre comment il cultive, la qualité des souches et surtout l’engrais ajouté. ( Le phytoplancton utilisé se retrouvera dans votre bac recifal .. )

Dans le cas d’un engrais non reefsafe, il contiendra des produits non compatible au recifal. Ils peuvent polluer votre aquarium voir rajouter nuire aux coraux.

  • Lancer une culture de phytoplancton
phytoplancton Nannochloropsis Oculata 330ml

Vous pouvez réaliser votre propre culture de phytoplancton avec des souches vivantes 100% naturelles et pures. Nous restons à votre disposition pour vous accompagner dans le lancement de vos cultures. Une large gamme de souche est à disposition dans la rubrique boutique

  • Phytoplancton vivant 100% pur ( sans additifs ) et prêt à l’emploi

Nous proposons aussi une alternative à la culture :

Des souches prêtes à l’emploi pour mettre directement dans votre aquarium recifal ou dans le refuge.

Comme chaque aquarium est différent ( maintenance, âge du bac, population etc.. ), nous conseillons :

Démarrer avec l’ajout de 4 ml/ 100 litres de bac tous les 2 jours. ( Dose conseillée pour les souches proposées sur le site qui ont une forte concentration )

Sources : plancton du monde et wikipédia