Phytoplancton Dunaliella Salina

Le phytoplancton marin Dunaliella salina : 3 choses à savoir

La Dunaliella salina est une algue que l’on trouve souvent dans les marais salants ainsi que dans des lacs salés. Sa résistance au sel vient de la grande concentration d’astaxantine (  béta-carotène ) qui la protège des flux lumineux.

C’est elle qui est souvent à l’origine des couleurs rose voir rouge dans les marais salants lors de l’évaporation de sel, ce qui est paradoxale car c’est une algue verte unicellulaire et biflagellée ( Le flagelle est une structure assurant la mobilité d’une cellule ).

1- Historique de la Dunaliella salina

La dunaliella salina a été la première fois décrite en 1832 par Michel Félix Dunal, botaniste et mycologue français. Au départ, il l’avait considérée comme une variété de Haematococcus salinus. Aujourd’hui l’utilisation du terme Haematococcus salinus est considéré comme un synonyme de l’algue dunaliella salina.

Il est à noter que la famille Dunaliella comprend aujourd’hui de nombreuses espèces d’algues. Pour nos besoins en apport de souche phytoplancton marin, nous allons nous intéresser principalement à la souche phytoplancton marin Dunaliella Salina.

2- Est-elle bénéfique dans les bacs récifaux ?

Souche de phytoplancton marin Dunaliella salinaComme la Dunaliella salina est une souche très riche en béta-carotène, elle est excellente pour nourrir la plupart des espèces de zooplancton (plancton animal comme les artémias, daphnies, …).

Un autre avantage particulièrement intéressant pour sa culture, c’est que la Dunaliella salina est capable de se développer sous une intensité lumineuse élevée, et vous permettra ainsi sous un éclairage de 18h/jour d’optimiser son rendement.

 

La  Dunaliella salina vous permettra  :

– De nourrir vos invertébrés, les bénitiers mais aussi les vers turbicoles, les gorgones etc.. Bref toute votre microfaune existante qui a besoin de cet apport en nourriture pour survivre et se développer.

– Le phytoplancton marin Dunaliella Salina sera aussi bénéfique pour vos coraux, pour les moux qui sont d’excellents filtreurs mais aussi pour la plupart des LPS ( Large Polyp Scleractinian soit en français grandes polypes durs ) comme le catalaphyllia, les euphyllias…

– L’apport de phytoplancton pour vos coraux SPS ( Small Polyps Scleractinian soit en français petites polypes durs ) est positif car il permet de nourrir votre microfaune. En effet les SPS sont carnivores et donc ajouter quotidiennement du phytoplancton marin leur sera bénéfique indirectement ! ( Pour plus de détails sur le phytoplancton et les SPS, voir l’article:  l’apport de phytoplancton est-il pour les coraux SPS )

– Si vous avez une une culture de zooplancton ( bac annexe ou dans votre refuge ), il permettra de développer et de nourrir vos larves.

– De nourrir votre microfaune du bac. En effet, une des bases de l’aquarium récifal est la microfaune, souvent oubliée lors d’ajout de poissons comme le Synchiropus splendidus, Chelmon rostratus.. qui ont un besoin quotidien de cette microfaune. Parmi cette microfaune nous retrouvons les copépodes  de type Calanoïda c’est à dire des animaux pélagiques (nage libre) et les copépodes de type Harpacticoïda qui sont entièrement benthiques (ils restent au fond de l’aquarium ou sur la paroisse).

Lors d’un démarrage d’un bac avec l’ajout de pierres vivantes,  votre aquarium récifal pullule de cette microfaune, cependant avec le temps si cette microfaune n’est pas entretenue, elle déclinera et disparaîtra. L’ajout de phytoplancton permettra donc de maintenir votre microfaune et de favoriser son développement.

3- Comment cultiver et ajouter du phytoplancton ?

L’idéal est de cultiver chez vous du phytoplancton marin.

Avec quelques astuces et très peu de budget vous pourrez vous fabriquer votre propre culture !

Il y a sur internet des tutoriels pour fabriquer votre propre réacteur à phytoplancton, par-contre voici un article dans le blog du récifaliste avec les éléments de base qui sont nécessaires pour vous aider à fabriquer votre propre réacteur à plancton simplement et surtout pour récolter du phytoplancton rapidement et sans surprise ( Pour plus de détails comment fabriquer son réacteur à phytoplancton, voir l’article: Cultiver son phytoplancton )

Utilisation :

Si vous ne souhaitez pas faire de la culture chez vous, vous pouvez toujours mettre des souches directement dans votre bac, entre 4 ml – 8 ml pour 100 litres par jour.

Le moyen de contrôler si votre microfaune à bien absorber le phytoplancton consiste à faire l’état de vos vitres 1 semaine après l’ajout. Si elles n’ont aucune trace, votre microfaune aura tout absorbé. Si vous commencez à avoir des traces, il suffira de nettoyer les vitres pour « ré-injecter » du phytoplancton dans votre bac.

Dans le cas ou au bout de 2-3 jours vos vitres commence à « verdir », il vous manque de la microfaune, la solution est donc de faire l’ajout d’une ou deux pierres vivantes bien fraîche qui contiendra un maximum de microfaune ou d’acheter de la microfaune en direct.

Où trouver du phytoplancton Dunaliella Salina ?

Il existe plusieurs sites internet qui propose du phytoplancton. Sans citer de nom, il y a des sites ou vous trouverez de la bonne qualité et d’autres ou malheureusement votre souche ne tiendra pas en culture.

C’est une des raisons qui nous ont poussé à produire et cultiver nous même nos propres souches.

Nous prenons grand soin que chaque souche soit bien stabilisée ( 1025 en salinité ) et non polluée ( eau osmosée pure et filtrée ).

Pour plus de détails sur notre méthode de production et les tests réalisés : https://recifaliste.fr/qualite/

Vous pouvez vous en procurer des souches vivantes de phytoplancton marin Dunaliella salina directement sur le site :

Dunaliella Salina