Publié le

Comment éliminer la cyanobacterie dans un aquarium récifal

Découvrez à travers cet article les origines de la cyanobactérie, les causes de sa prolifération ainsi que des méthodes naturelles qui permettront d’éliminer la cyanobacterie dans votre aquarium recifal

FOCUS SUR LA CYANOBACTÉRIE EN RÉCIFAL

La cyanobactérie est un organisme unicellulaire qui peuple les océans depuis très longtemps. Elle peut se présenter sous différentes couleurs : rouges, bleues, vertes, jaunes, oranges violettes ou encore noires.

Elle contient de la chlorophylle et est capable de faire la photosynthèse pour synthétiser les éléments nutritifs dont elle a besoin pour se développer. Les déchets résultants de cette réaction est la production d’oxygène. En soirée cette production est visible en surface en observant les vacuoles remplies d’oxygène formant des « petites » bulles caractéristique de la cyanobacterie.

cyanobacterie rouge dans un aquarium recifal

La cyanobacterie a un fort pouvoir de prolifération. Elle est dangereuse pour un aquarium récifal car elle va littéralement étouffer les organismes benthiques et les coraux tout en relâchant des toxines mortelles pour le bac et ses habitants.

IMAGE : Cyanobacterie rouge sur un grain de sable dans un aquarium recifal observé au microscope avec contraste de phase grossissement 4x

LES RISQUES DANS LE CAS D’UNE PROLIFERATION DE CYANOBACTERIE

Souvent appelé « peste rouge », la cyanobactérie a de graves conséquences sur votre aquarium récifal et ses habitants si sa prolifération n’est pas controlée.

Sa prolifération causera à court terme un étouffement des coraux et provoquera une RTN ( Nécrose Rapide des Tissus ).

Pour se nourrir, la cyanobacterie va capturer avec ses filaments des matières organiques qui vont se transformer en phosphates. Outre l’augmentation des phosphates nuisibles pour le bac, c’est au niveau local que le danger existe. En effet les matières organiques vont dégager localement un fort taux de phosphate provoquant ainsi stress au corail, puis une nécrose rapide des tissus ( RTN ).

Production de toxines potentiellement mortelles. La cyanobactérie développe en phase de croissance une toxine composé de métabolites synthétisés : la cyanotoxine .

Les cyanotoxines peuvent devenir mortelles pour la population du bac car elles agissent au niveau de la régulation de la concentration en sels dissous dans les fluides internes des poissons et crustacés

COMMENT LA CYANOBACTERIE SE DEVELOPPE AFIN DE LA STOPPER

cyanobacterie rouge dans aquarium recifal

Pour se développer la cyanobacterie a besoin de lumière et tire son énergie d’éléments azotés, carbonés et phosphorés.

IMAGE : Cyanobacterie rouge au microscope avec contraste de phase grossissement 10x

Le meilleur moyen pour ne pas être confronté à ce problème est de prévenir son apparition contrôlant les taux de nutriments ainsi que la qualité de l’éclairage.

Voici une liste d’action pour éviter l’apparition et la prolifération de la cyanobactérie dans votre bac :

Attention aux excès de nutriments

Nous avons observé que la cyanobacterie apparaît lorsqu’il y a un déséquilibre ou un excès de nutriments. Cela implique au niveau chimique un excès de nitrates, de phosphates, de carbone organique et parfois même de silicates. Le maintient d’un taux équilibré de nitrates et de phosphates dans un aquarium récifal est donc primordial.

Voici quelques conseils pour rétablir un ratio NO3/PO4 favorable :

  • Mettre en place un système de filtration biologique performant. L’utilisation d’un réacteur ou un refuge à algues est très bénéfique.
  • Rincer les aliments congelés qui peuvent être source de NO3 et PO4.
  • Nettoyer régulièrement les médias de filtration (écumeur, micron bags…).
  • Assurer un bon brassage de l’aquarium, en évitant les zones mortes et l’accumulation des sédiments. Il est conseillé de brasser entre 30 et 40 fois le volume de votre bac par heure.
  • Faire des ajouts réguliers de bactéries favoriseront la dénitrification et permettra de concurrencer la cyanobacterie.
  • Il est conseillé de rajouter des détritivores pour nettoyer les résidus du substrat.
  • Vérifier l’écumeur. Un écumage puissant enlèvera les matières organiques de l’aquarium, avant qu’elles ne se transforment en NO3 et PO4.
  • Ajouter du phytoplancton marin vivant régulièrement permettra de nourrir et développer la microfaune, instaurant ainsi un milieu stable pour ré-équilibrer le bac.

Attention à l’éclairage de l’aquarium

Comme la cyanobacterie se nourrit de lumière pour se développer, il est important d’utiliser un éclairage adapté à votre bac. Veillez à respecter la durée d’éclairage et ne pas sur-éclairer.

  • Pour un éclairage avec des rampes leds, la cyanobacterie apprécie des longueurs d’ondes comprises entre 560 à 620 nanomètres (lumière jaune) et entre 665 et 680 nanomètres (lumière rouge).
  • Pour un éclairage avec des tubes fluorescents, changer les régulièrement sinon le spectre ne sera plus adéquat.

Attention à la qualité de l’eau

Attention à la qualité de l’eau de votre aquarium, de l’eau utilisé pour les changements d’eau et celle pour la compensation de l’évaporation.

  • Pour l’eau osmosée, vérifier qu’elle ne contient pas de nitrates, ni de phosphates ainsi que de silicate favorisant la prolifération de la cyanobacterie.
  • Pour l’eau de l’aquarium, attention aux changements d’eau avec un sel trop enrichie. Les changements d’eau permettent de maintenir un taux équilibré de nitrates et de phosphates et des taux d’oligo-éléments adaptés aux coraux. Par-contre l’utilisation d’un sel trop enrichie favorise l’apparition et la croissance de la cyanobactérie.
  • Eviter donc les excès d’acides aminés ou d’oligos éléments.
  • Utiliser des additifs de qualité (KH buffers, charbon actif, sels).
  • Nous avons observé que maintenir un KH et un pH plus élevé est bénéfique pour lutter contre la prolifération de la cyanobacterie.

DES SOLUTIONS CONTRE LA CYANOBACTERIE

Il serait très tentant de rajouter un produit « miracle » dans son bac pour faire disparaitre en quelques jours la cyanobactérie. De tels produits existent mais ne sont pas miracles car un traitement chimique aura obligatoirement un impact en causant un dérèglement le plus souvent non mesurable à l’instant même de l’ajout.

Malheureusement comme le problème de fond n’est pas résolu, le plus souvent la cyanobacterie ré-apparaitra quelques temps plus tard. Nous conseillons donc de mettre en place une stratégie d’attaque en 2 grandes phases.

  • La 1er phase a pour objectif de traiter la cyanobactérie à court terme
  • La seconde phase permettra de stabiliser le bac à moyen terme afin que contrôler la cyanobacterie

Actions à court terme

Nous conseillons donc l’utilisation de méthodes naturelles pour lutter contre la cyanobactérie. Parmi les méthodes il est possible de :

  • En fin de journée : Aspirer le maximum de cyanobactérie au moment ou elle est la plus visible, c’est à dire en fin de journée. Nous conseillons de prendre un tuyau d’un diamètre entre 8 à 12 mm et venir aspirer par gravitation le maximum de cyanobactérie. Vous pouvez à l’extrémité du tuyau mettre en place un microbag afin de filtrer l’eau pour réutiliser cette eau dans votre bac. Attention, le fait de remettre de l’eau neuve favorisera le développement de la cyanobactérie, d’ou l’importance de récupérer l’eau filtrée pour la réinjecter dans votre aquarium recifal.
  • Le soir : Optimiser le développement des bactéries sur la période diurne afin de venir la concurrencer. Pour optimiser le développement de bactérie, il est possible de rajouter directement des bonnes bactéries, mais aussi développer les bacteries du bac par l’ajout de « carburant » comme le sucre.

Focus méthode sucre :

Rajouter 1/4 de sucre par volume de 250 litres tous les 2 jours. Cette méthode permettra de multiplier les bactéries et concurrencera directement la cyanobacterie qui ne pourra plus se nourrir durant la nuit. Il est toujours possible d’alterner entre l’ajout de bactéries « fraiches » et l’ajout de sucre sur une période de 1 mois.

Attention : Il y a plusieurs risques dans cette méthode :

  • Si l’ajout est mal dosé, il y a un risque de bloom bacterien avec une eau blanchâtre et opaque. Il est donc important de ne pas sur-doser et surtout espacer les ajouts tous les 2 jours ! Dans le cas d’un Bloom il faudra obligatoirement et rapidement oxygéner le bac ( Pompes de brassage orientées vers le haut pour favoriser les échanges gazeux )
  • L’ajout de sucre permettra de développer les bactéries. Mais il ne fera pas la différence entre les bonnes bactéries et les bactéries pathogènes ( si vous en avez dans votre bac ). Le resultat sera à moyen terme des STN ( Slow Tissue Necrosis ) c’est à dire une nécrose des tissus par la base du pied des coraux les plus fragiles, souvent les SPS.
  • Enfin, si vous avez un bac oligotrophe ( No3 et Po4 proche de 0 ), le milieu sera encore plus pauvre avec des risques sur les organismes photosynthétiques aérobies.

Solutions durables pour lutter contre la cyanobactérie

Une bonne gestion des paramètres de l’aquarium va permettre de limiter sa prolifération. La gestion de la lumière, de la qualité de l’eau, des nutriments et du brassage permettra une amélioration.

cyanobacterie rouge

Comme l’apparition de cyanobacterie résulte d’un déséquilibre de l’écosystème de l’aquarium récifal, il faut traiter le problème à la base afin de rétablir cet équilibre.

IMAGE : Cyanobacterie rouge au microscope avec contraste de phase grossissement 40x

Favoriser le développement de la microfaune et l’épuration du bac avec un apport quotidien de phytoplanton sera bénéfique. La microfaune benthique consommera ainsi les nutriments qui ne sera plus disponible pour les cyanobactéries. 

Tout sera bon pour concurrencer la cyanobacterie dans l’aquarium recifal !

Si les algues planctoniques sont suffisamment abondantes, elles pourront aussi contrôler les algues benthiques indésirables en les rivalisant agressivement.

L’ajout quotidien de phytoplancton sera donc bénéfique pour concurrencer les cyanobacteries tout en apportant la nutrition nécessaire pour vos coraux.

L’utilisation du phytoplancton marin Synechococcus SP sera un plus dans la lutte contre la cyanobacterie. Non seulement il aura un effet positif sur la microfaune et macrofaune, ainsi que sur les coraux mous et LPS de votre aquarium recifal mais viendra rivaliser « partiellement » la cyanobacterie.

Sources : Regroupement de divers articles sur la cyanobacterie – Expériences personnelles – Article sur le groupe le recif ( Facebook )